Chargement
RAJ

Réseau Afrique Jeunesse

Ensemble pour une jeunesse dynamique, active, responsable et engagée dans le processus de développement

COOPERATION RESEAU AFRIQUE JEUNESSE / UNESCO


Les applications mobiles comme moyen de lutte contre la pauvreté des jeunes filles au Burkina Faso

Le Réseau Afrique Jeunesse, ONG africaine d’information et de formation sur les questions de jeunesse avec l’appui technique et financier de l’UNESCO, a organisé, au Burkina Faso des sessions de formation des jeunes filles leaders d’associations sur l’utilisation des applications mobiles en vue de lutter contre la pauvreté.

En effet, en ce début du troisième millénaire, qui est pourtant celui de la cybernétique et des autoroutes de l’information, le Burkina Faso vit toujours dans une incertitude chronique caractérisée par la pauvreté des populations, les maladies et le chômage des jeunes. Ainsi, les diplômés et la jeunesse de façon générale sont désœuvrés. Le sous-emploi et le chômage affectent une forte proportion des jeunes et particulièrement la frange féminine. Dans ce monde devenu de plus en plus un « village planétaire », se passer des TIC (dans le contexte du Burkina Faso) serait de fait se marginaliser. Les TIC sont donc indispensables au développement de la jeunesse. Elles évoluent à une vitesse spectaculaire et c’est la croissance énorme de ce secteur qui lui donne énormément de potentiel pour le développement durable.

Afin de profiter de ce potentiel, il est nécessaire de développer surtout chez les jeunes femmes et hommes Burkinabés une vision créative des TIC afin de stimuler l’innovation et l’entreprenariat. C’est dans cette perspective, qu’il semble urgent de développer des compétences ciblées à travers des plateformes adaptées aux jeunes femmes et hommes, afin d’ouvrir plus d’opportunités sur le marché d’emploi et de casser le cercle vicieux de la pauvreté.

Le Réseau Afrique jeunesse, avec l’appui technique et financier du Bureau de l’UNESCO pour le Sahel a pris l’initiative de mettre en œuvre des activités de renforcement des capacités des jeunes filles leaders d’associations en vue de l’utilisation optimale des applications mobiles pour lutter contre la pauvreté et surtout le chômage des jeunes filles . Il s’agit donc d’une part, d’exposer plus de jeunes filles aux applications mobiles existantes, et de l’autre les aider à mieux comprendre comment celles-ci sont conçues et fonctionnent ; l’objectif général étant de faire reculer la pauvreté en milieu jeunes par le biais d’une utilisation accrue des technologies de l’information et de la communication (TIC) et d’accroître l’appropriation par les populations à la base notamment la jeunesse féminine, des atouts et opportunités qu’offrent les applications mobiles pour leur développement personnel.

Pour atteindre cet objectif, des activités multiformes et interconnectées réalisées ont permis :
- de former 102 jeunes filles membres d’associations sur l’utilisation optimale des applications mobiles et pour lutter contre la pauvreté en milieu féminin ;
- d’initier 20 jeunes filles leaders d’associations sur la conception et le partage des applications mobiles ;
- de produire, de diffuser et de rediffuser 8 émissions radiophoniques de sensibilisation à l’endroit des jeunes filles sur l’entreprenariat féminin ;
- d’assurer la création et l’animation d’espaces d’échanges et de dialogues entre les jeunes filles formées via l’internet et les applications mobiles ;
- de produire et diffuser auprès d’autres jeunes filles, des CD-ROM et des clé USB renfermant les formations dispensées et les émissions radiophoniques réalisées.
- de faire une diffusion/partage des formations dispensées et des émissions radiophoniques via les applications mobiles et les réseaux sociaux

Les sessions de formation se sont déroulées en deux grandes phases : (01) la formation de jeunes filles sur l’utilisation optimale des applications mobiles pour lutter contre la pauvreté et (02) l’initiation de 20 jeunes filles leaders d’associations en conception et partage d’applications mobiles.

Au cours de la première phase, 102 jeunes filles ont été formées en trois sessions, respectivement :
- du 27 au 29 Juillet 2016, à Boromo, Province des Balé : 42 jeunes filles provenant de 10 provinces du pays ;
- du 03 au 05 août 2016, à Ziniaré, Province de l’Oubritenga : 40 jeunes filles provenant de 10 provinces du pays ;
- du 11 au 13 août 2016, à Diébougou, Province de la Bougouriba : 22 jeunes filles de 05 provinces.

L’approche pédagogique utilisée a permis d’allier la théorie à la pratique.

Dans la partie théorique, des détails et des explications furent donnés aux stagiaires sur les points ci-après :

l’internet, le world wide web (WWW), téléphones mobiles, les réseaux GSM, le smartphone, l’ordinateur portable, l’Ipad, l’Ipod, …. : historique, contenu, utilité, usage rationnel de ces technologies ;

les applications mobiles pouvant être utilisées comme génératrices de relations utiles, d’emplois et de revenus pour les jeunes filles (Inviter des ami-es à un événement, promouvoir ses activités, commercialisation en ligne de produits, dialoguer avec des amis par messageries instantanées…, lier des liens avec des amis à travers le globe, partager des photos, des vidéos avec des amis et sa famille, …

les principaux instruments et les mécanismes de financement des initiatives des jeunes qui veulent embrasser le monde de l’entreprenariat au Burkina Faso tels que :
- le Réseau des Caisses Populaires du Burkina Faso (RCPB) ;
- le Fonds de Développement de l’Elevage (FODEL) ;
- le Fonds d’appui au Secteur Informel (FASI) ;
- le Fonds d’Appui à l’Insertion des Jeunes (FAIJ) ;
- le projet PRODIA (Promotion du Développement Industriel et Agricole) ;
- le FAPFA (Fonds d’Appui à la Promotion de la Formation et à l’Apprentissage) ;

Dans la partie pratique, l’accent fut mis, à l’aide d’ordinateurs et Smartphones connectés, sur l’utilisation de quelques applications mobiles génératrices de revenus (cas du Burkina Faso) :

Facebook : comment faire du e-commerce à travers Facebook ? comment formuler des offres et demandes à travers facebook ? etc.
- LinkedIn : comment utiliser cet important réseau professionnel pour chercher des offres selon son profil ? Comment rendre visible sa personnalité aux yeux des recruteurs et des cabinets de gestion des Ressources humaines ? etc.

Viber et Whatsapp : comment bien utiliser ces deux réseaux sociaux pour se partager plus d’informations (commerce, emploi, stages, conseils, alertes/interpellations, …) ?

Les blogs : du fait qu’au Burkina Faso, tout le monde ne peut pas s’offrir un site web vu que sa création et son hébergement sont onéreux, alors une solution alternative a été suggérée, en l’occurrence les blogs. Comment les créer ? Comment les alimenter en publications ? Comment faire pour générer un maximum de bénéfices à moindre coût ? etc.

Tweeter : comment l’utiliser en vue de générer des revenus toujours dans la même optique du e-commerce, du e-job… comment l’utiliser pour se faire entendre et se faire connaitre par un maximum de personnes habitant sur des continents différents ? etc.

La phase 2 relative à l’initiation de 20 jeunes filles leaders en conception et partage d’applications mobiles a consisté à sélectionner 20 jeunes filles, parmi celles qui ont été formées lors de la phase 1 et assumant des responsabilités au sein de structures associatives et à les initier à la conception et au partage des applications mobiles à travers les plateformes usuelles au Burkina Faso comme Iphone/Ipad et Android, mais aussi Windows phone 7 ou Blackberry. Les points abordés lors de la formation furent principalement : l’introduction aux techniques de conception ; comment partager les applications mobiles à contenus utiles aux jeunes filles ? comment effectuer les interpellations via les SMS ; comment utiliser et partager avec ses pairs les applications existantes et efficaces web, tablettes et Smartphones pour les chercheurs d’emploi ? (les applications disponibles et facilement accessibles pour trouver un emploi ; les applications pour se préparer à des entretiens d’embauches ; les applications pour la conception de projets ; les risques de la mauvaise utilisation des réseaux sociaux ; les indices aux jeunes filles leaders afin de pouvoir distinguer des sites internet sécurisés ou non. etc.)
Dans le cadre de la promotion de l’entreprenariat féminin et de la dissémination des connaissances acquises, huit émissions radiophoniques interactives, animées par les jeunes filles formées, en langues française et locales (mooré, diula, dagara) ont été réalisées en partenariat avec les radios communautaires à fortes écoutes. Dans ces émissions, les jeunes filles se sont exprimées sur les opportunités que ces réseaux pourraient avoir comme impact sur elles tout en tenant compte des côtés néfastes car c’est la frange la plus exposée aux différents problèmes liés à l’utilisation de l’internet et en particulier des applications mobiles. Ce furent des occasions pour certaines des jeunes filles de faire connaitre leurs activités commerciales et d’aider leur entourage à avoir plus de visibilité grâce à ces applications mobiles.
Les émissions radiophoniques ainsi que les modules dispensés furent mis en CDROM et en clés périphériques de stockage (USB) puis diffusés auprès de d’autres jeunes filles et/ou de d’autres ONG engagées dans la promotion des jeunes filles.

RAJ - 02 septembre 2016

Mots clefs

Da Hien Donald 90 Vues

Articles de la même catégorie

Camp Chantier International

Sous le patronage de Jacques Boukary Niampa, Maire de Tiato, Le Réseau Afrique Jeunesse organise, comme à l’accoutumé le camp chantier de reboisement. Titao fait la promesse de faire la différence avec les autres camps. Date du camp : 20 au 30 juillet 2012. Nulle part ailleurs ! Ca se passe au Burkina. Le camp chantier soufflera ses 12 bougies, alors pour ne pas le rater il faut s’y prendre tôt. Pourquoi ils sont des centaines de tous les continents du monde à s’intéresser à ce camp, vous aurez (...)

Lire la suite

Enfants travaillant dans les mines d’or en Tanzanie

(Dar Es Salaam, le 28 août 2013) – Des enfants, dont certains n’ont que huit ans, sont employés en Tanzanie dans des mines d’or à petite échelle, où ils courent de graves dangers pour leur santé et même pour leurs vies, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Le gouvernement tanzanien devrait s’efforcer de réduire le recours au travail des enfants dans les petites exploitations minières, y compris dans les mines non réglementées et dépourvues de permis, et la Banque mondiale et les (...)

Lire la suite

Bulletin d'information

Newsletter

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Dernier album photo