Chargement
RAJ

Réseau Afrique Jeunesse

Ensemble pour une jeunesse dynamique, active, responsable et engagée dans le processus de développement

Les comités de monitoring communautaire s’engages dans le suivi citoyen du Fonds minier de développement local

Le 27 Mai 2020, le Réseau Afrique Jeunesse a initié une formation au profit des membres de bureau de monitoring communautaire de la mine de Perkoa. Tenue à Réo, cette activité avait pour objectif d’accroitre les capacités des membres des comités de monitoring dans l’exécution de leurs tâches et dans le suivi citoyen du fonds minier de développement local. Elle a été organisée avec l’appui financier de DIAKONIA.
Le Burkina Faso est considéré comme le 4e producteur d’or en Afrique après l’Afrique du Sud, le Ghana et le Mali. En 2018, l’exploitation minière a contribué à 11% du PIB du BF. Il a de ce fait, un impact économique non négligeable, mais a aussi des effets négatifs forts sur l’environnement, la société et la santé humaine.
Conscient que c’est à travers une bonne organisation de ce secteur que le Burkina Faso pourra en tirer les meilleurs avantages, un nouveau Code minier a été adopté en 2015. Dans ce code, il est institué un « Fonds minier de développement local » qui est affecté au financement des plans régionaux et communaux de développement. Le fonds minier est d’un enjeu capital pour le développement du Burkina Faso ; pour ce faire, tous les acteurs devraient jouer leur partition afin qu’il produise les résultats escomptés et les communautés riveraines de sites miniers ne doivent pas rester en marge.
C’est qui a motivé la tenue de cette formation au cours de laquelle les thématiques suivantes ont été abordées :
La Responsabilité sociale des entreprises minières (RSE)
Fonds minier de développement local (FMDL)
La participation citoyenne
Le mécanisme de suivi du FMDL
L’utilisation efficiente du FMDL
la redevabilité
Le fonds minier de développement local sonne comme un espoir pour le développement du Burkina Faso. Si cette manne financière est utilisée de façon rationnelle, elle permettra au pays de créer de la valeur autour de l’exploitation minière pour le bénéfice des communautés. Il appartient donc aux acteurs locaux de jouer leurs rôles.
La formation se poursuit dans sept autres localités au profit des bureaux de monitoring communautaire, il s’agit de Zabré, Wona, Bagassi, Namissiguima, Houndé, Sabcé et Yalgo.

Da Hien Donald 57 Vues