Chargement
RAJ

Réseau Afrique Jeunesse

Ensemble pour une jeunesse dynamique, active, responsable et engagée dans le processus de développement

Contribution de la jeunesse à l’édification d’une nation forte et prospère : quelle jeunesse pour un Burkina Post transitionnel réconcilié ?

Le 08 Décembre 2018, s’est tenue dans l’amphithéâtre RO de l’Université Aube Nouvelle, une conférence publique organisée par l’association Gouvernement Jeunesse Burkina. Cette conférence s’est tenue en prélude à la commémoration de la fête de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale.
Elle avait pour objectif de réunir les jeunes du Burkina Faso à l’occasion de cette importante manifestation qu’est la fête de l’indépendance pour échanger autour du thème suivant : « contribution de la jeunesse à l’édification d’une nation forte et prospère ». Pour ce faire, d’imminents communicateurs ont été invités à échanger avec les participants autour des thèmes suivants :
 La force d’une histoire : l’histoire politique du Burkina Faso de 1960 à nos jours ;
 Jeunesse et civisme ;
 Quelle jeunesse pour un Burkina Post transitionnel réconcilié ?

C’est sur ce dernier thème que Monsieur Daniel DA HIEN, Coordonnateur du Réseau Afrique Jeunesse a partagé son expérience. Sa communication a débuté par un rappel des objectifs de la stratégie de réconciliation accélérée dans un Burkina Post transition, piloté par son Organisation. Pour lui, la réconciliation entre les filles et fils du Burkina est un impératif qui l’on veut développer notre cher pays.
Il a insisté sur des valeurs qui existe au Burkina Faso et dont il faut se prémunir pour rester dans la fraternité. Il s’agit entre autres du pardon, du respect des ainées, du patriotisme, de la tolérance ethnique et religieuse, etc.
Quant à la réconciliation à proprement parlé, le communicateur n’a pas manqué de souligné qu’elle passera par un engagement fort du Président du Faso, c’est-à-dire qu’il doit manifester sa volonté en prenant non seulement des décisions fortes, mais aussi en se démarquant de la justice classique pour privilégier la voies de la justice traditionnelle qui est celle adaptée au contexte Burkinabé.

L’engagement du chef de l’Etat est un préalable, mais tous les Burkinabé doivent jouer leur partition dans ce processus. Il estime que les jeunes ont un rôle important à y jouer parce qu’ils sont le fer de lance de notre pays. C’est pourquoi, il a invité la jeunesse au patriotisme et au militantisme. Le patriotisme à travers l’amour du pays et le militantisme à travers la participation active aux mouvements associatifs et aux partis politiques. Ce sont les seuls moyens capables de les propulser dans des instances décisionnelles pour faire changer les choses.
Une communication passionnante et très enrichissante, c’est ainsi que l’on a qualifié l’exposé de Monsieur Daniel Da HIEN qui s’est achevé avec des échanges bien nourries.
En rappel, le Gouvernement Jeunesse Burkina (GJB) est une association dont le but est de renforcer les capacités des jeunes en matière de développement et de gestion démocratique et ce par un partage d’expérience et la formation continue.

Da Hien Donald 21 Vues